Penser l’école inclusive⁖∴⁖

La lutte contre toute forme de discriminations (sexisme, LGBTQIA+phobie, racisme, classisme, xénophobie, etc..) constitue une priorité, un combat à mener sans relâche à travers les générations et les milieux. Beaucoup d’entités et associations en font leur mission et œuvrent chacun·e·s d’une manière complémentaire à déconstruire ces violences systémiques qui perdurent, tout comme les conduites individuelles problématiques.


L' ESA le 75 propose un cycle d'interventions destinées à lutter contre le sexisme et le harcèlement en Ecole supérieure d'art. Des collectives bruxelloises impliquées dans le combat pour l'inclusivité sont invitées à y proposer des outils de lutte contre les discriminations, de visibilisation des minorités raciales et de genres. Documentées et archivées, ces interventions seront aussi bien des outils de sensibilisation pour les personnes non-concernées qu'une aide à la lutte pour les groupes minorisés.

Camille Circlude 16·12·21⁖∴ 18h-20h Debecker, local 1 & 2

Sur l'invitation de Mélanie Godin, enseignante au 75, dans le cadre de son cours de littérature contemporaine, Camille Circlude est venu.e présenter le travail de la collective de typographes Bye Bye Binary.

Caroline Dath°Camille Circlude est graphiste au sein du studio Kidnap Your Designer, qu’iel anime avec Damien Safie et Esther Poch.

Caroline°Camille est enseignanl à l’erg, depuis 2009, au sein de l’atelier de Graphisme. Iel a créé le module « Digital Non Binaire » avec Stéphanie Vilayphiou (OSP) et le module «Du concept éditorial à l’impression».

Camille°Caroline met en œuvre une démarche réflexive sur des pratiques pédagogiques qu’iel expérimente en initiant des workshops (Summer School Art Passing Trans, Trans//Border, Bye Bye Binary,…), en animant avec d’autres ou encore en écrivant.

Depuis 2017, avec Loraine Furter et Xavier Gorgol, iel fait partie du groupe de recherche Teaching To Transgress* qui est une expérimentation sur les questions de genres, de post-colonialisme, de féminismes intersectionnels, queer et situés dans la pédagogie et la pratique des arts. En 2019-2022, ce projet a pris la forme d’un programme européen Erasmus Plus Teaching To Transgress Toolbox.

Depuis 2018, Camille°Caroline est membre de la collective Bye Bye Binary active sur les questions de typographie inclusive et non-binaire.

Camille°Caroline poursuit actuellement, 2020-2022, un Master de spécialisation en études de genre inter-universitaire à Bruxelles pour lequel iel mène un mémoire recherche sur la «Révolution typographique inclusive et le non-binarisme politique».

Amazone 17·02·22⁖∴ 18h-20h Debecker, local 1 & 2

Invitée par le 75, la Maison Amazone propose une rencontre avec la BIB St Josse et son fond « BTGE: Bibliothèque en tous genres » et l'ASBL Touche pas à Ma Pote: TPAMP.

Un tour d’horizon des outils de lutte contre les discriminations de genre et le harcèlement sexiste, des projets menés par les associations et une session de lecture d’extraits d’ouvrages du fonds BTGE vous seront proposés, suivi d’une session Q/R avec la possibilité de consulter des ouvrages du fonds BTGE à la fin de la conférence.

Amazone est le carrefour de l'égalité de genre, situé au cœur de Bruxelles. Amazone est à la fois une asbl et une Maison d’associations qui a été fondée en 1995: un concept visionnaire qui a ensuite été adopté dans plusieurs pays. Créer une synergie et soutenir le mouvement des femmes sont des mots-clés pour Amazone. Ensemble, nous sommes fort·e·s !  En tant que cœur battant du mouvement des femmes, la Maison Amazone jette des ponts entre la société civile, la politique et le monde universitaire. +

Touche pas à Ma Pote: TPAMP fut tout d’abord une campagne contre le harcèlement de rue et le sexisme au quotidien. Lancée par le magazine ELLE Belgique en 2012, elle est devenue par la suite une entité indépendante sous la forme d’une ASBL bruxelloise. On ne peut pas laisser les femmes et les minorités de genre seules face à cette forme de violence que représentent le harcèlement de rue et les attitudes sexistes en général. C’est pourquoi TPAMP prône la mise en place de campagnes de sensibilisation (ou le fait elle-même !), d’éducation et de formations, des sanctions et une loi contre le sexisme. +

BTGE: Bibliothèque en tous genres est une collection, Inauguré en 2009, riche de plus d’un millier d’ouvrages, abordant principalement les questions liées au genre mais également à la lutte contre toute forme de discrimination. Bib Josse vous propose ce fonds, représenté tant en section adultes qu’en section jeunesse, au travers de documentaires et de fictions identifiables par une pastille blanche apposée au dos de l’ouvrage.

Dans un souci de sensibilisation et de promotion d’idées égalitaires, la politique d’acquisition de la bibliothèque écarte autant que possible les ouvrages véhiculant des stéréotypes et privilégie tout-e autrice, auteur ou maison d’édition qui s’engage dans leur déconstruction.

L’objectif est de lutter contre les discriminations en promouvant le droit à la différence. La bibliothèque fait connaître ce fonds lors d’expositions, colloques, débats et heures du conte, en collaboration avec d’autres associations et institutions impliquées dans ces thématiques. +

Somos 18·03·22 - 19·03·22⁖∴ Debecker, local 2

Rencontre avec une partie de l'équipe de SOMOS.

SOMOS donne la parole à 13 jeunes, âgé·es de 9 à 27 ans, qui déconstruisent les normes en affirmant leur identité. Iels sont trans, non-binaires, ou créatif·ve·s sur le plan du genre et prennent la parole pour exposer leurs vécus et ressentis. Leurs mots vifs et honnêtes percutent. SOMOS nous invite ainsi à écouter des voix trop souvent tues, à prendre conscience de la beauté de devenir soi. Le film sera projeté en boucle dans le hall d'accueil les 18 et 19.

Le samedi à 11h et 13h30, deux projections suivies d'une rencontre avec Louka et Fio, témoins du podcast, Laura Krsmanovic et Lydie Nesvadba, réalisatrices, et Daphné Coquerelle de l'ASBL Transkids. « Je crois fortement qu’on est ni homme, ni femme, juste un corps vivant. » Paul B. Preciado

Que veut dire être soi-même ? Qui peut répondre à la question « qui suis-je » sans trembler, sans hésiter? Lorsqu’il s’agit de se « définir » commeon dit, il est tentant d’avoir recours à des identités figées, reçues, auxquelles il nous est demandé, implicitement ou explicitement, de nous conformer. Nous mettons en avant nos traits de caractère, nos façons d’être, nos habitudes, ce qui demeure fixe et nous identifie ainsi auprès des autres. Mais la vraie conformité n’est-elle pas celle que nous nous devons à nous-mêmes ? Etre soi-même, en réalité, ce n’est pas une question d’identité, mais de vérité personnelle. Être soi-même, ce n’est pas une donnée, c’est une aventure, une expérience, faite de doute et d’accomplissement, une expérience profondément humaine. L’humanité est un corps vivant qui inlassablement cherche sa vérité.

SOMOS donne la parole à 13 jeunes, âgé·es de 9 à 27 ans, qui déconstruisent les normes en affirmant leur identité. Iels sont trans, non-binaires, ou créatif·ve·s sur le plan du genre et prennent la parole pour exposer leurs vécus et ressentis. Leurs mots vifs et honnêtes percutent. SOMOS nous invite ainsi à écouter des voix trop souvent tues, à prendre conscience de la beauté de devenir soi.

Isola est une série de podcast qui vous emmène dans l’invisible; ce qu'on ne voit pas mais qui nous relie, réalisée par Laura Krsmanovic. Les images de l'épisode SOMOS on été prise par Lydie Nesvadba.

Avec Alexia, Aurélio, Elsa, Emmanuelle, Fio, Harry, Louka, Mya, Nell, Reb, Rose, Sacha G. et Sacha P.

SOMOS est réalisé en collaboration avec l'ASBL Transkids

Just for the record 26·04·22⁖∴ 18h Debecker, local 1

Pour son 3ème événement, 75 en tous.x.tes genres invite le mardi 26 Avril à 18h à l'ESA le 75, site Debecker, la collective Just For The Record , qui interroge depuis 2016 la façon dont le genre est représenté dans les médias écrits et comment cela influence l'écriture de l'histoire.

Ielles se proposent d'examiner avec vous les spécificités de l'Ecole Supérieure d'Art sur les questions de genres et de travailler ensemble pendant quelques heures à la mise en place d'outils, en vous donnant les moyens de les faire perdurer.

Cet événement sera sur inscription, et basé sur vos propositions. Pour ça, nous vous invitons à proposer ici ↓ de manière anonyme soit des contextes problématiques, soit des situations toxiques, quelques notes suffiront à rendre ce moment constructif !

Bledarte 19·05·22⁖∴ 18h Debecker, local 1

le collectif Bledarte promeut la « décolonisation des mentalités » par le biais de l’art et la culture au sein d’une société belge imprégnée d’histoire coloniale et de stéréotypes racistes. Le collectif se concentre essentiellement sur de l'éducation permanente, au moyen de festivals, soirées, workshops ou ateliers, le collectif. Le nom unit le terme « bledard » qui signifie, en argot, immigré originaire généralement d’Afrique du Nord ou du monde arabe, mis au féminin, et le mot « art ». Le collectif met en avant des personnes racisées, LGBTQI+, des femmes ou toute personne se sentant victime du système de domination dans le de créer un espace d'émancipation pour les jeunes issus de l'immigration à travers l'art et la culture.

Maja-Ajmia Zellama, fondatrice de Bledarte, est réalisatrice et directrice de casting bruxelloise (1994). Elle est diplômée de la LUCA School Of Arts depuis Octobre 2020 en Arts Audiovisuels. En 2021, elle ouvre sa propre agence de casting “E19Casting” avec ses associées: Laura Bossicart et Marie Mc Court.

Elle sera, jeudi 19 mai, en conversation avec Anissa chérif, étudiante en Photo au 75 et membre du groupe de travail autour des questions de sexisme et harcèlement au sein de l’école. Ensemble, et à partir des courts-métrages réalisés par Maja-AJmia, elles soulèveront les problématiques particulières aux ESA sur ce sujet.

∴⁖∴